EnglishFrançaisDeutschPortugaisEspagnol
21 Septembre 2020

L'ONU met en garde: le COVID-19 pourrait intensifier l'esclavage dans le monde

Dans un rapport présenté à la 45e session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies (CDH), l'expert des formes modernes d'esclavage, Tomoya Obokata, souligne que la crise provoquée par la pandémie affecte différents segments de la population à l'échelle mondiale. Tenue du 14 septembre au 6 octobre, la session a réuni des diplomates, des ONG, des INDH et des responsables de l'ONU, dans le but de discuter de projets de résolution. Cette année, en raison du COVID-19, il se tient au siège de l'ONU à Genève, mais dans un format hybride.

Le rapporteur dénonce que les conséquences économiques seront pires pour ceux qui se trouvaient déjà dans des situations de fragilité avant la crise. En outre, l'extrême pauvreté et les inégalités, renforcées par l'impact de la pandémie sur les pays, augmentent le niveau de vulnérabilité aux formes modernes d'esclavage. Selon lui, les expériences permettent d'obtenir des informations sur les tendances, et de créer des stratégies et des réponses politiques.

Les enfants et les adolescents doivent être parmi les plus touchés. La fermeture temporaire des écoles, combinée à la crainte de pénuries alimentaires et au manque de sécurité locale, peut entraîner une plus grande exploitation du travail des enfants et rendre difficile le retour à l'école au moment de la réouverture.

Le risque accru de diverses formes d'exploitation en raison de la pandémie a attiré l'attention de la communauté internationale. Récemment, le Forum régional sur les entreprises et les droits de l'homme pour l'Amérique latine et les Caraïbes a présenté le thème comme une invitation au secteur productif à «transformer les défis en opportunités», dans la construction non seulement d'une «nouvelle normalité» (comme on dit), mais aussi de une «meilleure normale» pendant et après la pandémie. Lors des réunions, des préoccupations ont été soulevées concernant les populations les plus vulnérables et des moyens de prise de décision collective avec le secteur des entreprises ont été discutés.

Lisez le rapport complet sur l'impact du COVID-19 sur les formes modernes d'esclavage, visitez: https://undocs.org/en/A/HRC/45/8

** Avec des informations de Nouvelles de l'ONU

Texte: Milena Zellauy | Édition: Daniele Martins

La vulnérabilité

Depuis 2017, InPACTO se consacre à l'analyse des facteurs qui rendent une commune, une région et sa population plus vulnérables au travail forcé ou à toute autre violation des droits humains et, à partir du croisement et de l'analyse de centaines de données socio-économiques et démographique, établir une échelle de risque.

Actuellement, l'indice de vulnérabilité InPACTO étend sa base de données à l'ensemble du territoire national, envisageant déjà une mise à jour en raison du COVID-19 et de ses impacts sur la vulnérabilité de la population. Dans le même temps, nous concevons une plateforme accessible à nos membres.

Vous voulez en savoir plus sur la vulnérabilité au travail des esclaves et des enfants au Brésil? Cliquez sur ici!

Souhaitez-vous rester informé des nouveautés de ce type? Remplissez notre formulaire.